POUR UNE SORTIE DE CRISE NEGOCIEE



Un "Grenelle du pouvoir vivre" ?

Les Gilets Jaunes en premier, les commerçants, les maires et les habitants des villes, les automobilistes et même les forces de l’ordre épuisées, tous aimeraient bien sûr que cessent les perturbations occasionnées tout au long des actes successifs du mouvement des GJ, le Samedi.

Alors pourquoi nous tous - qui avons été sensibles à l’expression de cette légitime colère (plus de 70 % des français disent les sondages -  sommes nous incapables d’obliger le gouvernement (et les entreprises détentrices d'une partie des solutions...) à engager une réelle négociation de sortie de crise, un « Grenelle du pouvoir vivre » comme le propose si justement Laurent Berger de la CFDT ?


Je dis bien une négociation, avec toutes les parties prenantes : les représentants des GJ, les organisations syndicales représentatives et les grandes associations, l’Etat et pourquoi les présidents des groupes parlementaires, les organisations professionnelles et patronales aboutissant à un accord qui devrait être approuvé par les citoyens.

Nous sortirions ainsi de l’impasse démocratique d’un grand débat pipé, ces pseudos « conférences de consentement » dont les conclusions seront introuvables. Nous éviterions les meurtrissures d'un long conflit social sans débouché dont le feu continuera de couver, alimenté par le sentiment d'humiliation des Gilets Jaunes. 

 


Et qu’on ne nous dise pas qu’il n’y a pas de sujets de négociation !

N'importe qui  écoute un peu attentivement ce qui se dit depuis 100 jours sur les ronds point, peut en cinq minutes ,dégager les grands sujets de négociation :
- assurer une revalorisation durable du SMIC, des minima sociaux et des retraites ;
déprécariser les conditions d’embauche en encadrant à nouveau  le recours aux cdd ;
- au delà, jeter les bases d’une réelle sécurité sociale et professionnelle ;
- s’accorder sur les objectifs, les modalités et le calendrier d’une réforme globale de la fiscalité avec, comme garantie préalable, le rétablissement de l’ISF,  
- avec un volet spécifique sur le financement de la transition écologique dans la justice sociale  ;
- enfin, définir les conditions de la consultation et du contrôle citoyen des politiques publiques par référendum et l'activation de tous les autres moyens de la démocratie participative.

Une partie de ces sujets peut faire l’objet de décision immédiates, les autres devraient aboutir à un accord d’objectifs et de méthodes et à un calendrier de mise en œuvre.

On pourrait aussi inaugurer deux modalités de démocratie participative pour assurer la bonne mise en œuvre des conclusions de la négociation : un "référendum préférentiel" pour valider et hiérarchiser les décisions, un dispositif de contrôle citoyen de la tenue des engagements...

 


Maintenir un rapport de force ?

Le Président Macron et son gouvernement jouent la montre, pariant sur le pourrissement progressif du mouvement et l'érosion du soutien de l'opinion publique. Il manque sans doute la démonstration d'un "rapport de force" puissant et tranquille, à la hauteur du succès d'estime de ce mouvement, pour les pousser à la table de négociation. 

Un engagement unitaire des organisations syndicales pour mobiliser leurs centaines de milliers d’adhérents sur cet objectif d'une sortie négociée serait sans doute décisive.

Question à mettre en rapport avec les conséquences de l'échec de la négociation sur l'assurance chômage et la pression qui sera très certainement nécessaire pour ne pas laisser démanteler la protection des demandeurs d'emploi par l'état, seul maitre à bord. 

Samedi 2 Mars 2019
Alain Jaunault



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 18 Juin 2020 - 15:50 Passage de relais.




LE BILLET

Municipales, fin ! Le PS animera, au cœur de la cité, une opposition active, critique et proposante.

Saint-Malo a élu un maire. Quelque particulière qu'elle fût, l'élection de Monsieur Gilles Lurton a pleinement répondu aux exigences d'un scrutin démocratique constitutionnel.

Le décrochage de la participation citoyenne rend historique, ce scrutin. Chacun de ceux qui animent la vie collective, depuis la belle idée de représentation de la volonté commune, est appelé à s'interroger sur le rôle qui peut être le sien au service de la restauration d'un lien civique des citoyens entre eux et des citoyens aux institutions républicaines.
 
Ce lien s'est incontestablement distendu. 
 
La persévérance individualiste, communautariste, corporatiste, claniste, tient aujourd'hui de plus en plus lieu de boussole au coeur de la communauté politique. La colère, l'amertume, l'adulation sans frein, la réaction instantanée, le procès permanent des uns par les autres, semblent chaque jour y prendre davantage le pas sur la raison éclairée par le long temps, la mémoire, la patience, la compréhension posée de la nature, de l'histoire et de la dignité d'autrui.
 
Saint-Malo a élu un maire. Quelque particulière qu'elle fût, l'élection de Monsieur Gilles Lurton a pleinement répondu aux exigences d'un scrutin démocratique constitutionnel.
 
Nul ne saurait par conséquent remettre en cause sans imprudence, sans légèreté, sans inconséquence, la légitimité du nouvel exécutif.

​Nous saluons le choix des électeurs : il s'impose à tous les démocrates.

Mais l'heure est à la mobilisation de tout un chacun, quelle que soit son orientation politique, sociale ou sociétale. Il convient aujourd'hui de redonner toute sa force à ce qui demeure moderne, neuf, transgressif, profondément exceptionnel :  l'idée d'un destin commun apaisé, fraternel, solidaire, à la fois fondé sur la volonté des citoyens de construire par et pour autrui et sur l'engagement des institutions qu'ils échafaudent à répondre pleinement à cette volonté. 
 
Le Parti socialiste malouin, humblement, à sa place, entend tirer toutes les leçons d'une situation dont il ne veut ni dissimuler -ni se dissimuler- le caractère critique.
 
Il prendra dans les jours, les semaines et les mois qui viennent, loin des combinaisons politiques superficielles, loin des sirènes démagogiques irresponsables, des initiatives visant à la démonstration de la haute vertu de la vie civique et des valeurs républicaines.
 
 
 

Alain Jaunault
28/06/2020

Vu, lu, entendu

Pays de Saint-Malo, Le SCOT (Schéma de cohérence territoriale) est exécutoire depuis un an.

S'engager au planning Familial à Saint-Malo

Engagement citoyen et démocratie locale : Les 11 & Saint-Péran

Justice fiscale et transition écologique, les propositions d'ATTAC

Six candidats PS bretons pour les élections Européennes

Vers l'union de la gauche pour les prochaines municipales à Morlaix, un exemple à suivre.

L'aquarius et les errances de l'Union Européenne

Israël, l'irréductible camps de la paix.

"Territoire zéro chômeur", l'exemple de TEZEA à Pipriac

Mai 68 ouvre la voie à une longue période de réduction des égalités sociales.












Contactez la section

Le secrétaire de section :
Alain Jaunault
alainjaunault.ps@gmail.com

Le trésorier de section :
Christian Bailleul
cmbailleul@wanadoo.fr
 

04/07/2018