Nous appelons à la mobilisatio, Mardi 17 Décembre à Saint-Malo, contre la réforme des retraites présentée par Edouard Philippe.

Nous appelons à la mobilisation du 17 Décembre. Pour le PS, la retraite à 60 ans ne peut être mise en cause. Fixer le droit à une retraite à taux plein à 64 ans comme l'a annoncé Edouard Philippe n'est donc pas acceptable. La réforme des retraites relève d'abord d'un choix de société". Les socialistes préconisent également la prise en compte des attentes des Français concernant les temps de la vie.



Nous appelons à la mobilisatio,  Mardi 17 Décembre à Saint-Malo, contre la réforme des retraites présentée par Edouard Philippe.
Rassemblons-nous Mardi prochain à 10 H 30, place Saint-Vincent encore plus nombreux que les deux précédentes manifestations

Pour connaître l'analyse que nous faisons des déclarations du premier Ministre d'Emmanuel Macron,  Edouard Philippe, vous pouvez télécharger la note élaborée par la direction nationale du parti.
retraite17decembre.pdf Retraite17decembre.pdf  (186.62 Ko)

Réforme des retraites : le contre-projet du Parti socialiste

 Pour le PS, la remise en cause de la retraite à 60 ans serait "la plus grande des injustices pour les salariés qui ont commencé à cotiser tôt, pour ceux qui sont usés par le travail à 60 ans et la suppression d'une liberté de choix pour tous les Français". L'allongement de la durée de cotisation n'est pas non plus la priorité du PS. Il ne propose donc pas d'aller au-delà de ce qui est déjà programmé par la loi Fillon, c'est-à-dire le passage progressif à 41 annuités (164 trimestres) à l'horizon 2012. En revanche, le PS propose d'inciter à travailler plus longtemps par le biais d'une surcote. Ce dispositif existe déjà mais serait renforcé.

Pour les nouvelles générations, il préconise notamment une meilleure prise en compte des périodes de formation, par exemple par la possibilité (sur la base du volontariat) de majorer sa cotisation retraite en début de carrière pour valider jusqu'à trois années d'études. Aujourd'hui, il est possible de racheter jusqu'à 12 trimestres au titre des études supérieures mais à un coût élevé, dissuasif pour beaucoup.

 => De nouvelles ressources pour les retraites

Pour combler le déficit évalué par le Conseil d'orientation des retraites à 45 milliards d'ici 2025, le PS fait le choix d'axer son contre-projet sur la recherche de ressources nouvelles, en chiffrant les gains espérés pour chaque mesure.
  • Majoration des prélèvements sociaux sur les bonus et les stock-options (de 5% à 38%) : 2 milliards d'euros.
  • Relèvement du "forfait social" appliqué à l'intéressement et à la participation (de 4% à 20%) : 3 milliards d'euros.
  • Application de la CSG sur les revenus du capital actuellement exonérés (en maintenant l'exonération sur les livrets d'épargne et les plus-values sur la résidence principale) et la remise en cause de la défiscalisation des plus-values sur les cessions de filiales : 7 milliards d'euros.
  • Augmentation de la contribution sur la valeur ajoutée instaurée par le gouvernement en remplacement de la taxe professionnelle de 1,5% à 2,2% en exonérant les petites entreprises : 7 milliards d'euros. 

  • Hausse des cotisations : légère et progressive. De 2012 à 2021, le PS propose une augmentation de 0,1 point de cotisation salariale et employeur chaque année, soit 1 point de plus en dix ans. Gain attendu : 12 milliards d'euros en 2025.
  • Surtaxe pour les banques. La création d'une surtaxe de 15% de l'impôt sur les sociétés acquittée par les banques pourrait alimenter le Fonds de Réserve des Retraites. Ce fonds, créé par le gouvernement Jospin, pourrait alors amortir le choc démographique des années 2020/2030 et permettrait de faire face aux aléas économiques.
=> Prise en compte de la pénibilité

Le PS prône la nécessité de prendre en compte de la pénibilité et son impact sur l'espérance de vie.
Il propose que toute période de travail pénible (travail de nuit, travail à la chaîne, port de charges lourdes, travail dans le bâtiment…) bénéficie d'une majoration des annuités ouvrant droit à la retraite. Ce dispositif permettrait aux personnes concernées de partir plus tôt.
Par exemple : un salarié qui aurait engrangé une majoration pour pénibilité de 10% pendant la moitié de sa carrière pourrait partir deux ans plus tôt avec une retraite complète.

Pour améliorer le travail des seniors, le PS propose, entre autres mesures, de favoriser les départs en retraite progressive, d'aménager les conditions de travail des plus de 55 ans en limitant ou supprimant le travail de nuit et les tâches physiques et en augmentant les temps de pause.

=> Un grand rendez-vous en 2025

Nouvelles ressources, abondement du fonds de réserve des retraites, augmentation du taux d'emploi des seniors et retraite choisie : ces mesures sont, selon le PS, de nature à assurer le financement du système jusqu'en 2025 et sa pérennité au-delà.

Les socialistes proposent des points d'étape réguliers tous les cinq ans avec les partenaires sociaux et une clause de rendez-vous globale sur le système des retraites en 2025.

En cas de nouveaux besoins, le PS précise qu'il faudrait chercher toutes les sources possibles de financement. Et si un allongement de la durée de cotisation devait être envisagé, celui-ci ne devrait pas excéder la moitié des gains d'espérance de vie, alors qu'aujourd'hui il représente deux tiers d'allongement d'activité, pour un tiers de temps de retraite.

Pour le PS, la réforme des retraites ne peut pas être abordée que "sous le seul angle de paramètres techniques de financement. Elle relève d'abord d'un choix de société". Les socialistes préconisent également la prise en compte des attentes des Français concernant les temps de la vie.  


Extrait d'un article de "Notre temps" en Mai 2019.
Dimanche 15 Décembre 2019
Alain Jaunault



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 4 Septembre 2020 - 10:20 Il y a 150 ans, la troisième République

Samedi 8 Août 2020 - 17:39 A la mémoire de Philippe Frémaux




LE BILLET

Municipales, fin ! Le PS animera, au cœur de la cité, une opposition active, critique et proposante.

Saint-Malo a élu un maire. Quelque particulière qu'elle fût, l'élection de Monsieur Gilles Lurton a pleinement répondu aux exigences d'un scrutin démocratique constitutionnel.

Le décrochage de la participation citoyenne rend historique, ce scrutin. Chacun de ceux qui animent la vie collective, depuis la belle idée de représentation de la volonté commune, est appelé à s'interroger sur le rôle qui peut être le sien au service de la restauration d'un lien civique des citoyens entre eux et des citoyens aux institutions républicaines.
 
Ce lien s'est incontestablement distendu. 
 
La persévérance individualiste, communautariste, corporatiste, claniste, tient aujourd'hui de plus en plus lieu de boussole au coeur de la communauté politique. La colère, l'amertume, l'adulation sans frein, la réaction instantanée, le procès permanent des uns par les autres, semblent chaque jour y prendre davantage le pas sur la raison éclairée par le long temps, la mémoire, la patience, la compréhension posée de la nature, de l'histoire et de la dignité d'autrui.
 
Saint-Malo a élu un maire. Quelque particulière qu'elle fût, l'élection de Monsieur Gilles Lurton a pleinement répondu aux exigences d'un scrutin démocratique constitutionnel.
 
Nul ne saurait par conséquent remettre en cause sans imprudence, sans légèreté, sans inconséquence, la légitimité du nouvel exécutif.

​Nous saluons le choix des électeurs : il s'impose à tous les démocrates.

Mais l'heure est à la mobilisation de tout un chacun, quelle que soit son orientation politique, sociale ou sociétale. Il convient aujourd'hui de redonner toute sa force à ce qui demeure moderne, neuf, transgressif, profondément exceptionnel :  l'idée d'un destin commun apaisé, fraternel, solidaire, à la fois fondé sur la volonté des citoyens de construire par et pour autrui et sur l'engagement des institutions qu'ils échafaudent à répondre pleinement à cette volonté. 
 
Le Parti socialiste malouin, humblement, à sa place, entend tirer toutes les leçons d'une situation dont il ne veut ni dissimuler -ni se dissimuler- le caractère critique.
 
Il prendra dans les jours, les semaines et les mois qui viennent, loin des combinaisons politiques superficielles, loin des sirènes démagogiques irresponsables, des initiatives visant à la démonstration de la haute vertu de la vie civique et des valeurs républicaines.
 
 
 

Alain Jaunault
28/06/2020

Vu, lu, entendu

Pays de Saint-Malo, Le SCOT (Schéma de cohérence territoriale) est exécutoire depuis un an.

S'engager au planning Familial à Saint-Malo

Engagement citoyen et démocratie locale : Les 11 & Saint-Péran

Justice fiscale et transition écologique, les propositions d'ATTAC

Six candidats PS bretons pour les élections Européennes

Vers l'union de la gauche pour les prochaines municipales à Morlaix, un exemple à suivre.

L'aquarius et les errances de l'Union Européenne

Israël, l'irréductible camps de la paix.

"Territoire zéro chômeur", l'exemple de TEZEA à Pipriac

Mai 68 ouvre la voie à une longue période de réduction des égalités sociales.












Contactez la section

Le secrétaire de section :
Alain Jaunault
alainjaunault.ps@gmail.com

Le trésorier de section :
Christian Bailleul
cmbailleul@wanadoo.fr
 

04/07/2018