Faire barrage à Marine Le Pen, sans tergiverser.

Un danger réel de voir Marine Le Pen arriver au pouvoir Dimanche existe. Voter Emmanuel Macron ne vaut pas adhésion à son programme d'inspiration néo-libérale dont l'application depuis 10 ans est une des causes de l'irrépressible montée en puissance du Front National. Mais ce vote est le seul moyen sûr d'éviter - au moins provisoirement - l'immixtion et l'ancrage dans l'appareil d'Etat des ennemis de la démocratie.



Faire barrage à Marine Le Pen, sans tergiverser.
Depuis une semaine toutes les digues sont ébranlées et certaines, trop fragiles, ont cédé. Les citoyens de gauche les plus conscients sont échaudés des précédentes expériences de "front républicain". Ils sont pour beaucoup révulsés par ceux qui donnent des leçons de morale ou par les consignes autoritaires de partis dont ils doutent. Ils refusent aussi de donner un blanc seing pour cinq ans à un candidat qui donne aucune garantie pour combattre les causes du mal.

Un danger extrême et imminent

Face à un danger extrême et imminent c'est notre instinct collectif de survie qui est mis à  l'épreuve. Les citoyens et citoyennes de gauche ont les ressources de valeur, de connaissance historiques, de pratiques solidaires qui éclairent le raisonnement et fondent les réflexes utiles. Et on peut leur faire confiance. Ils ont aussi la responsabilité d'armer celles et ceux qui dans leur entourage sont démunis de ces ressources.  

Rien alors ne remplace l'attention et le dialogue bienveillant avec celles et ceux que le désespoir rend sensible à la propagande du FN et de ses alliés de la droite dévoyée : tous ceux qui entretiennent et récupèrent les peurs et le mal être et déguisent en promesses sociales un programme de destruction massive des outils de solidarité.

Voter Macron par principe de précaution démocratique.

Alors Dimanche prochain nous n'avons pas le loisir de tester une abstention ou un vote blanc stratégiques. Seul un vote clair pour le candidat de la droite et du centre social libéral prévient le risque immédiat. 

Notre défiance trouvera sa solution dans le vote aux élections législative. Il sera de notre responsabilité de tout faire pour donner à la France une majorité - à défaut une puissante opposition - de gauche face à laquelle le président sorti des urnes ne pourra pas faire ce qu'il veut.

Alain Jaunault
secrétaire de la section du PS de Saint-Malo

Nos élus ont déclaré :

Isabelle Thomas, députée Européenne : "Emmanuel Macron n’est pas de gauche. Mais pour battre le plus largement possible l’extrême-droite, je voterai pour lui le 7 mai prochain"

Martin Meyrier, conseiller régional : " On ne peut pas être scandalisé par l'affligeante légèreté dont a fait preuve Macron Dimanche soir sans prendre ses responsabilités le 7 Mai.
Si Emmanuel MACRON ne semble pas prendre la mesure de ce que représente l'accession au second tour du FN, faisons preuve, nous, de sérieux. Ce sera certainement aussi douloureux que le vote Chirac en 2002 mais il est des moments où l'on ne peut transiger avec l'histoire.En espérant qu'il n'y ait pas d'apprentis sorciers qui feraient le pari que d'autres se "salissent" les mains à leur place 
".

Jacky Le Menn, ancien sénateur : "Je remercie les 53 418 électrices et électeurs d’Ille et Vilaine qui, comme lui, ont apporté leur suffrage à Benoît HAMON dimanche dernier, 23 avril. Je les appelle aujourd’hui, pour le 2ème tour de cette élection présidentielle,  ainsi que les abstentionnistes  et les républicains ayant soutenu d’autres candidats au 1er tour, à voter, le 7 mai prochain, pour Emmanuel MACRON afin de faire barrage au Front National et de garantir à notre pays  un avenir européen dont il souhaite, avec tous les militants et  élus de gauche, qu’il soit  plus social et plus écologique qu’il ne l’est actuellement."
 
Pierre Site, conseiller Municipal de Saint-Malo 
: "Nous allons avoir le choix entre le candidat de la haine et celui du vide. Macron c'est offrir un toboggan au front national pour 2022. En conséquence je n'irai pas voter le 7 Mai.

L'histoire et les artistes comme ressource


Dimanche 30 Avril 2017
Alain Jaunault



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 4 Septembre 2020 - 10:20 Il y a 150 ans, la troisième République

Samedi 8 Août 2020 - 17:39 A la mémoire de Philippe Frémaux




LE BILLET

Municipales, fin ! Le PS animera, au cœur de la cité, une opposition active, critique et proposante.

Saint-Malo a élu un maire. Quelque particulière qu'elle fût, l'élection de Monsieur Gilles Lurton a pleinement répondu aux exigences d'un scrutin démocratique constitutionnel.

Le décrochage de la participation citoyenne rend historique, ce scrutin. Chacun de ceux qui animent la vie collective, depuis la belle idée de représentation de la volonté commune, est appelé à s'interroger sur le rôle qui peut être le sien au service de la restauration d'un lien civique des citoyens entre eux et des citoyens aux institutions républicaines.
 
Ce lien s'est incontestablement distendu. 
 
La persévérance individualiste, communautariste, corporatiste, claniste, tient aujourd'hui de plus en plus lieu de boussole au coeur de la communauté politique. La colère, l'amertume, l'adulation sans frein, la réaction instantanée, le procès permanent des uns par les autres, semblent chaque jour y prendre davantage le pas sur la raison éclairée par le long temps, la mémoire, la patience, la compréhension posée de la nature, de l'histoire et de la dignité d'autrui.
 
Saint-Malo a élu un maire. Quelque particulière qu'elle fût, l'élection de Monsieur Gilles Lurton a pleinement répondu aux exigences d'un scrutin démocratique constitutionnel.
 
Nul ne saurait par conséquent remettre en cause sans imprudence, sans légèreté, sans inconséquence, la légitimité du nouvel exécutif.

​Nous saluons le choix des électeurs : il s'impose à tous les démocrates.

Mais l'heure est à la mobilisation de tout un chacun, quelle que soit son orientation politique, sociale ou sociétale. Il convient aujourd'hui de redonner toute sa force à ce qui demeure moderne, neuf, transgressif, profondément exceptionnel :  l'idée d'un destin commun apaisé, fraternel, solidaire, à la fois fondé sur la volonté des citoyens de construire par et pour autrui et sur l'engagement des institutions qu'ils échafaudent à répondre pleinement à cette volonté. 
 
Le Parti socialiste malouin, humblement, à sa place, entend tirer toutes les leçons d'une situation dont il ne veut ni dissimuler -ni se dissimuler- le caractère critique.
 
Il prendra dans les jours, les semaines et les mois qui viennent, loin des combinaisons politiques superficielles, loin des sirènes démagogiques irresponsables, des initiatives visant à la démonstration de la haute vertu de la vie civique et des valeurs républicaines.
 
 
 

Alain Jaunault
28/06/2020

Vu, lu, entendu

Pays de Saint-Malo, Le SCOT (Schéma de cohérence territoriale) est exécutoire depuis un an.

S'engager au planning Familial à Saint-Malo

Engagement citoyen et démocratie locale : Les 11 & Saint-Péran

Justice fiscale et transition écologique, les propositions d'ATTAC

Six candidats PS bretons pour les élections Européennes

Vers l'union de la gauche pour les prochaines municipales à Morlaix, un exemple à suivre.

L'aquarius et les errances de l'Union Européenne

Israël, l'irréductible camps de la paix.

"Territoire zéro chômeur", l'exemple de TEZEA à Pipriac

Mai 68 ouvre la voie à une longue période de réduction des égalités sociales.












Contactez la section

Le secrétaire de section :
Alain Jaunault
alainjaunault.ps@gmail.com

Le trésorier de section :
Christian Bailleul
cmbailleul@wanadoo.fr
 

04/07/2018