Benoit Hamon, entre terre et mer.

Premier candidat à la primaire de la Belle Alliance Populaire à faire le déplacement à Saint Malo, Benoit Hamon est venu -Samedi 10 Décembre - à la rencontre des agriculteurs et des marins pêcheurs. Il souhaitait ici "comprendre", "piocher des expériences qui ne sont pas connues à Paris", voir "ce qui marche ou pas".



Terres de Saint-Malo, acteur du développement de la production bio

Accompagné d'Isabelle Thomas (députée Européenne de l'Ouest), Martin Meyrier (conseiller régional), Pierre Site, (élu PS au conseil municipal) et Alain Jaunault (secrétaire de la section du PS) Benoit Hamon a commencé la journée au siège de la coopérative "Terres de Saint Malo".

Pendant plus de deux heures Pierrick Gauvin le président de la ccopérative (accompagné de plusieurs exploitants adhérents au groupement) a présenté de manières très documentée la stratégie et les résultats collectifs de la plus petite des six coopératives fédérées sous la marque Prince de Bretagne. Et Philippe Lesné, producteur Bio, a ensuite fait visiter son exploitation. 

Hervé Hamon s'est particulièrement intéressé à la gouvernance de la coopérative qui assure aux producteurs la maîtrise de leur métier et de leurs productions tant sur le marché local qu'Européen et de plus en plus international. Employant en direct près de 500 salariés et de manière indirecte 450 autres "Terres de Saint Malo" est un acteur essentiel de l'emploi sur le pays de Saint Malo. Les trois exploitants agricoles présents ont exprimé leur attachement au développement et au maintien de leurs petites entreprises familiales qui emploient de plus en plus de salariés. Ils défendent un  "modèle mixte" associant étroitement dans le travail quotidien les salariés et l'exploitant. L'objectif est aussi de promouvoir de futurs repreneurs de l'activité.

Le métier est dur, très manuel et ils n'est pas toujours facile de trouver et garder une main d'œuvre qualifiée. L'amélioration des conditions de travail est un enjeu important et demande des investissements conséquents. Le président de la coopérative a souligné le soutien important apporté par Martin Meyrier et Isabelle Thomas pour défendre auprès de la communauté Européenne le dossier d'aide au financement d'unités mobiles de conditionnement qui rendent moins pénible le travail en plein champ.

Le groupement est aussi un acteur majeur du développement de la production Bio. On prévoit un doublement du poids de ces productions dans les 5 ans passera de 16%  à près de 30 %. La conversion en bio a aussi un effet bénéfique sur l'emploi : une centaine d'embauche supplémentaires est prévue. " Mais, a relevé Benoit Hamon passer en bio n'est pas sans entrave. Il existe des verrous, parfois simples à lever, mais qu'il faut connaître."

En conclusion de la visite les producteurs soulignent que la production le bio n'est pas à opposer au conventionnel. "Les bonnes pratiques acquises en bio sont utiles en conventionnel et permettent souvent d'optimiser la production."

Plus de homards et d'araignées grâce au réchauffement climatique !

Isabelle Thomas, Pierrick Gauvin, Benoit Hamon, Philippe Lesné, Pierre Site, Martin Meyrier, Alain Jaunault.
Isabelle Thomas, Pierrick Gauvin, Benoit Hamon, Philippe Lesné, Pierre Site, Martin Meyrier, Alain Jaunault.
L'après midi, Benoit Hamon avait rendez-vous avec Loïck Escoffier et son matelot de retour de pêche à la cale du Naye. Le président du comité des pêches les a rejoint. Une occasion de rappeler l'importance de soutenir les activités maritimes et particulièrement la pêche. Le plus gros problème pour un patron pêcheur ? Trouver des jeunes qui veuille embarquer. Les conditions de travail sont durs. " C'est sûr on n'est pas aux trente cinq heures, reconnait Loïck Escoffier, mais le métier paye bien, plus de 3000 € par mois ".

Pascal Leclerc, le président du comité des pêches a rappelé les efforts importants faits par les professionnels pour protéger la ressource en s'appliquant des quotas rigoureux de pêches "et les résultats sont là". 

A l'instar des producteurs de légumes le matin, les pêcheurs observent de manière concrète l'impact du réchauffement climatique sur leur activité : " C'est très visible, insiste le jeune patron de pêche, On pêche d'avantage d'araignées ou de homards et plus gros."

Les agriculteurs le matin le constataient aussi : "Il y a vingt ans, l'hiver nous ne pouvions pas planter de choux fleurs en plein champs à cause du froid alors qu'aujourd'hui c'est possible ". Mais ne nous y trompons pas le réchauffement climatique n'a pas que des avantages :  "On a connu depuis trois ans de très grosses et imprévisibles variations climatiques. Cela affecte les récoltes et fragilise l'économie de nos entreprises."

En souhaitant bonne chance à Benoit Hamon, le président du comité des pêches insiste : "A paris on n'a pas le pantalon salé. Alors si vous êtes président, surtout remettez-nous un ministre de la mer. A contrario il rend hommage au travail fait à Bruxelles par Isabelle Thomas sur les dossiers de la pêche. "Elle nous associe très bien et est à l'écoute de nos préoccupations..."  Mais il s'inquiète aussitôt de l'état actuel de l'Europe.

L'attachement à l'Europe des marins bretons rejoint celui des producteurs de légumes qui le matin ont montré à leurs visiteurs comment ils s'étaient adaptés au marché Européen. Même si l'orientation très libérale de la commission aboutit à des réglementations souvent contraires à l'action régulatrice du marché objectif historique de la coopération agricole. 

Salle comble à l'hôtel l'Univers pour entendre et discuter les "options politiques" du candidat.

En fin de journée, Benoit Hamon tirait les enseignement de sa visite devant une assemblée de sympathisants et militants socialistes. L'occasion pour lui de développer les options politiques qui fondent son ambition présidentielle. 

Le projet de Benoit Hamon part d'une analyse prospectives des transitions en cours : la transition économique (et son corolaire, l'effondrement du mythe de la croissance...) la transition écologique (sous l'effet du réchauffement climatique et de la prise de conscience des limites au développement), la transition numériques (sous l'effet de la robotisation, de l'intelligence artificielle...). Ces transitions en œuvre sont porteuses de changements profonds, inquiétants mais qui peuvent être aussi de bonnes nouvelles. En tête de ces changements la profonde transformation quantitative et qualitative du travail qui ne structurera plus autant et de la même manière les rapports sociaux. Pour cela il faudra inventer de nouvelles sécurités.
 
Et Benoit Hamon ne propose pas une longue liste de mesures ou de lois juxtaposées. Il dessine plutôt quelques grands chantiers, marquant de réelles ruptures ou innovations à co-construire et conduire avec les citoyens (acteurs sociaux, acteurs économiques).

C'est dans ce cadre qu'interviennent et prennent sens ses propositions de relancer la diminution et l'organisation du temps de travail, d'imaginer et de mettre en œuvre de nouvelles protections / sécurisations sociales adaptées à la diversification des statuts de producteurs. "Demain, constate Benoit Hamon, non seulement on changera de métiers plusieurs fois mais on alternera aussi les statuts (salarié, travailleur indépendant auto entrepreneur, créateur d'entreprise, travailleur en formation,...). C'est dans cet ensemble que prend place et sens l'instauration d'un "revenu universel". Et quand on lui demande le coût et les modes de financement d'une telle mesure, Benoit Hamon rappelle l'histoire des progrès sociaux : " Si après guerre on avait conditionné la généralisation de la sécurité sociale à l'évaluation de son financement jamais on ne l'aurait faite !"
Lundi 12 Décembre 2016



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 4 Septembre 2020 - 10:20 Il y a 150 ans, la troisième République

Samedi 8 Août 2020 - 17:39 A la mémoire de Philippe Frémaux




LE BILLET

Municipales, fin ! Le PS animera, au cœur de la cité, une opposition active, critique et proposante.

Saint-Malo a élu un maire. Quelque particulière qu'elle fût, l'élection de Monsieur Gilles Lurton a pleinement répondu aux exigences d'un scrutin démocratique constitutionnel.

Le décrochage de la participation citoyenne rend historique, ce scrutin. Chacun de ceux qui animent la vie collective, depuis la belle idée de représentation de la volonté commune, est appelé à s'interroger sur le rôle qui peut être le sien au service de la restauration d'un lien civique des citoyens entre eux et des citoyens aux institutions républicaines.
 
Ce lien s'est incontestablement distendu. 
 
La persévérance individualiste, communautariste, corporatiste, claniste, tient aujourd'hui de plus en plus lieu de boussole au coeur de la communauté politique. La colère, l'amertume, l'adulation sans frein, la réaction instantanée, le procès permanent des uns par les autres, semblent chaque jour y prendre davantage le pas sur la raison éclairée par le long temps, la mémoire, la patience, la compréhension posée de la nature, de l'histoire et de la dignité d'autrui.
 
Saint-Malo a élu un maire. Quelque particulière qu'elle fût, l'élection de Monsieur Gilles Lurton a pleinement répondu aux exigences d'un scrutin démocratique constitutionnel.
 
Nul ne saurait par conséquent remettre en cause sans imprudence, sans légèreté, sans inconséquence, la légitimité du nouvel exécutif.

​Nous saluons le choix des électeurs : il s'impose à tous les démocrates.

Mais l'heure est à la mobilisation de tout un chacun, quelle que soit son orientation politique, sociale ou sociétale. Il convient aujourd'hui de redonner toute sa force à ce qui demeure moderne, neuf, transgressif, profondément exceptionnel :  l'idée d'un destin commun apaisé, fraternel, solidaire, à la fois fondé sur la volonté des citoyens de construire par et pour autrui et sur l'engagement des institutions qu'ils échafaudent à répondre pleinement à cette volonté. 
 
Le Parti socialiste malouin, humblement, à sa place, entend tirer toutes les leçons d'une situation dont il ne veut ni dissimuler -ni se dissimuler- le caractère critique.
 
Il prendra dans les jours, les semaines et les mois qui viennent, loin des combinaisons politiques superficielles, loin des sirènes démagogiques irresponsables, des initiatives visant à la démonstration de la haute vertu de la vie civique et des valeurs républicaines.
 
 
 

Alain Jaunault
28/06/2020

Vu, lu, entendu

Pays de Saint-Malo, Le SCOT (Schéma de cohérence territoriale) est exécutoire depuis un an.

S'engager au planning Familial à Saint-Malo

Engagement citoyen et démocratie locale : Les 11 & Saint-Péran

Justice fiscale et transition écologique, les propositions d'ATTAC

Six candidats PS bretons pour les élections Européennes

Vers l'union de la gauche pour les prochaines municipales à Morlaix, un exemple à suivre.

L'aquarius et les errances de l'Union Européenne

Israël, l'irréductible camps de la paix.

"Territoire zéro chômeur", l'exemple de TEZEA à Pipriac

Mai 68 ouvre la voie à une longue période de réduction des égalités sociales.












Contactez la section

Le secrétaire de section :
Alain Jaunault
alainjaunault.ps@gmail.com

Le trésorier de section :
Christian Bailleul
cmbailleul@wanadoo.fr
 

04/07/2018