Assemblée Ouverte "A propos des Gilets Jaunes et du grand débat"

​Nous imaginons la maison des socialistes, les portes et les fenêtres largement ouvertes, accueillante aux expériences, aspirations, propositions et à la volonté d'engagement des citoyennes et citoyens en recherche de liens et d'un espace de parole, de réflexion, d’élaboration. Pour cela nous animons chaque premier Mercredi du mois une "assemblée ouverte".



La première Assemblée Ouverte se tenait le 6 Mars.

Pour cette première "assemblée ouverte" trois sympathisants s'étaient joints à des adhérents des sections de Saint-Malo Dinard et Cancale. 

En ouverture de l'assemblée, le secrétaire Alain Jaunault a partagé un dossier documentaire très fourni permettant de faire lecture commune du mouvement des Gilets Jaunes et du Grand Débat à Saint Malo et au niveau national ; de rappeler aussi le contenu des précédents débats en section sur ces évènements. Il a ensuite introduit les échanges : 

" Dans la perspective des élections municipales et européennes, nous étions localement à la recherche d'une possible "union de la gauche", sur la lancée de l'expérience de "la gauche nouvelle" initiée lors de la présidentielle et des législatives ... quand, en Novembre, survint le "mouvement des gilets jaunes !"
 
Nous avons été surpris, heurtés / intéressés, à l'écoute...

Trois mois plus tard où en sommes nous ?
 
Notre échange a pour objectif de voir comment nous nous situons, comme citoyens partageant les valeurs de la gauche, comme militants engagés au plan politique, syndical, associatif... dans ce processus de conflit social et politique inédit.
-> Comment éviter l'enlisement du mouvement et le repli humilié des GJ ?
-> Comment prévenir et enrayer des accès de violence ?
-> Comment prévenir un possible accident démocratique ?
-> Comment sortir par le haut du conflit ?
"
 
S'en est suivi un long échange, très fourni, traduisant bien la sensibilité des participants à l'évènement.

Ils se montrent critiques vis à vis de "leur gauche". "Au PS, remarque un militant, on a fait une grande mutation idéologique en subordonnant le sociale au sociétal.  Il faut en revenir au fondamentaux.  Ce que veulent les gens c'est d'abord "pouvoir bouffer... sans se priver de tout". Un autre d'ajouter "On ne peut s'exonérer de notre responsabilité : la gauche au pouvoir n'a pas fait mieux pour ceux qui ont moins !"

Ils sont sensibles et opposés à la violence, sans pour autant stigmatiser le mouvement. "La violence est un symptôme. Nous manquons de lieux où l'on peut institutionnaliser la dispute " souligne un sympathisant, formateur à la non violence.

La plupart expriment une volonté de s'impliquer, fidèles à leur valeurs de gauche et en s'appuyant sur leur expérience de l'engagement politique , syndical, associatif. Pour éviter l'enlisement et l'accident démocratique il faut des solutions politiques de lutte contre la pauvreté et aussi répondre à l'aspiration à une démocratie plus participative, permanente.

L'un d'entre eux conclut : " Il faut ajuster la gauche - et principalement notre parti - sur les problèmes réels des citoyens. La question première pour chacun c'est de travailler (sans "mal être") et en tirer une rémunération permettant de rester au niveau du standard de vie de notre société, sans reculer. Pouvoir assurer son quotidien et aussi, ce qui fait le sel de la vie : pouvoir se permettre une sortie, de belles vacances, gâter les enfants... après avoir fait face aux charges fixes dont l'assiette s'étend et se renchérit : se loger, se nourrir, être mobile, télécommuniquer, éduquer les enfants, rester en bonne santé... C'est ce que nous disent les Gilets Jaunes non

Un autre précise : " Cela ne doit pas nous empêcher d'interroger notre modèle de société de consommation sans limite avec la  croissance comme seul horizon et son effet destructeur de la vie sur terre ".
 
Découvert en début de réunion, le pacte social et écologique  pour le "pouvoir de vivre" (comme dépassement du seul pouvoir d'acheter), porté par des syndicats et de grandes associations, ouvre, c'est un avis très partagé, de réelles perspectives.

Si vous souhaitez recevoir le contenu exhaustif de ces échanges
et vous inscrire dans le travail d'approfondissement
autour des 6 thématiques qui se sont dégagées,
faites en la demande par mail  : alainjaunault.ps@gmail.com 
et indiquez nous votre N° de téléphone.

Nous vous adresserons le compte rendu et le dossier documentaire.
Samedi 2 Mars 2019
Alain Jaunault



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 4 Septembre 2020 - 10:20 Il y a 150 ans, la troisième République

Samedi 8 Août 2020 - 17:39 A la mémoire de Philippe Frémaux




LE BILLET

Municipales, fin ! Le PS animera, au cœur de la cité, une opposition active, critique et proposante.

Saint-Malo a élu un maire. Quelque particulière qu'elle fût, l'élection de Monsieur Gilles Lurton a pleinement répondu aux exigences d'un scrutin démocratique constitutionnel.

Le décrochage de la participation citoyenne rend historique, ce scrutin. Chacun de ceux qui animent la vie collective, depuis la belle idée de représentation de la volonté commune, est appelé à s'interroger sur le rôle qui peut être le sien au service de la restauration d'un lien civique des citoyens entre eux et des citoyens aux institutions républicaines.
 
Ce lien s'est incontestablement distendu. 
 
La persévérance individualiste, communautariste, corporatiste, claniste, tient aujourd'hui de plus en plus lieu de boussole au coeur de la communauté politique. La colère, l'amertume, l'adulation sans frein, la réaction instantanée, le procès permanent des uns par les autres, semblent chaque jour y prendre davantage le pas sur la raison éclairée par le long temps, la mémoire, la patience, la compréhension posée de la nature, de l'histoire et de la dignité d'autrui.
 
Saint-Malo a élu un maire. Quelque particulière qu'elle fût, l'élection de Monsieur Gilles Lurton a pleinement répondu aux exigences d'un scrutin démocratique constitutionnel.
 
Nul ne saurait par conséquent remettre en cause sans imprudence, sans légèreté, sans inconséquence, la légitimité du nouvel exécutif.

​Nous saluons le choix des électeurs : il s'impose à tous les démocrates.

Mais l'heure est à la mobilisation de tout un chacun, quelle que soit son orientation politique, sociale ou sociétale. Il convient aujourd'hui de redonner toute sa force à ce qui demeure moderne, neuf, transgressif, profondément exceptionnel :  l'idée d'un destin commun apaisé, fraternel, solidaire, à la fois fondé sur la volonté des citoyens de construire par et pour autrui et sur l'engagement des institutions qu'ils échafaudent à répondre pleinement à cette volonté. 
 
Le Parti socialiste malouin, humblement, à sa place, entend tirer toutes les leçons d'une situation dont il ne veut ni dissimuler -ni se dissimuler- le caractère critique.
 
Il prendra dans les jours, les semaines et les mois qui viennent, loin des combinaisons politiques superficielles, loin des sirènes démagogiques irresponsables, des initiatives visant à la démonstration de la haute vertu de la vie civique et des valeurs républicaines.
 
 
 

Alain Jaunault
28/06/2020

Vu, lu, entendu

Pays de Saint-Malo, Le SCOT (Schéma de cohérence territoriale) est exécutoire depuis un an.

S'engager au planning Familial à Saint-Malo

Engagement citoyen et démocratie locale : Les 11 & Saint-Péran

Justice fiscale et transition écologique, les propositions d'ATTAC

Six candidats PS bretons pour les élections Européennes

Vers l'union de la gauche pour les prochaines municipales à Morlaix, un exemple à suivre.

L'aquarius et les errances de l'Union Européenne

Israël, l'irréductible camps de la paix.

"Territoire zéro chômeur", l'exemple de TEZEA à Pipriac

Mai 68 ouvre la voie à une longue période de réduction des égalités sociales.












Contactez la section

Le secrétaire de section :
Alain Jaunault
alainjaunault.ps@gmail.com

Le trésorier de section :
Christian Bailleul
cmbailleul@wanadoo.fr
 

04/07/2018